Célibataire et fier de l'être

Célibataire et fier de l'être
Partagez
Tweetez

Subi pour certain(e)s ou choisi pour d’autres tels que moi, il n’est pas toujours facile de faire bonne figure et de se revendiquer célibataire et fier de l’être. En effet, nous vivons dans une société où la sensation de devoir être couple est grande.

Célibataire et fier de l'être

La preuve :

  • Les parents : « Tu vas quand même me faire des petits-enfants, hein ? »
    J’ai 27 ans, l’âge moyen au premier enfant n’atteint pas 30 ans… J’ai encore 3 ans
  • Les amis : « Faudrait peut-être arrêter d’être aussi exigeant, non ? »
    Et bien, MOI, je peux me le permettre ! Je ne suis pas obligé de sauter sur la première venue…
  • Les collègues : « Et tu vas faire comment pour les vacances ? Tu vas partir un peu quand même ? »
    Non, je vais rester chez moi à me morfondre devant ma série préférée… Bien entendu que je vais voyager, j’ai des tas d’amis, merde !
  • Les supermarchés : « L’affaire du siècle : 24 yaourts achetés, 12 yaourts offerts  »
    Ah super ! 34 yaourts au prix de 24 qui seront périmés dans 8 jours… ça fait du 4/5 yaourts par jour : #EASY…

Ce ne sont que des exemples (réels) mais cela démontre bien qu’il peut parfois être difficile d’assumer son célibat : certains comportements blessent notre (petit) égo…

Je crois que pour bien vivre son célibat, il faut être bien avec soi-même. Qu’il suffit de ne plus prêter attention à ses mauvaises pensées : il n’y a que « nous-mêmes » qui puissions nous reprocher d’être célibataire. Et d’ailleurs, dans le fond, je crois sincèrement que les autres s’en fichent…

Alors un conseil, relativisez votre situation en prenant du recul, car le célibat est un poids uniquement lorsqu’on commence à lui donner plus d’importance qu’il ne devrait en avoir. Encore une fois l’essentiel, et cela peu importe sa situation, c’est de se sentir bien.

Des rencontres, j’en fais tous les jours. Je sors très régulièrement et côtoie des groupes d’amis différents, dans différentes villes. En revanche, même en accumulant les rencontres et les aventures, je ne trouve pas ce que j’attends chez la femme que je souhaite rendre heureuse. Je l’assume, je le vis bien car je m’en donne les moyens et j’en suis fier ! Et vous, comment faites-vous face à cette pression ?